• Les pavés déterrés

    Le bleu du bitume rutilant sous la lune

    autant sali de sable, de sel qu’il n’augure

    rien de bon aux halos bleus s’enfuyant des turnes

    dans la rue de l’hiver ayant le gel si dur.

     

    Aux fenêtres branlantes, des rideaux déchirés

    Cachent mal le pendu, l’asphyxié, le perdu

    Qui n’a plus que ses enfants à éviscérer !

    Plus qu’un coup de fusil pour être enfin rendu !

     

    Le sel scintille encore, c’était juste Noël ;

    Le vent fait voler la vieille neige noircie.

    Dans le taudis ne s’éteindra pas la chandelle,

    nous verrons dans la nuit un sinistre incendie.

     

    Le bleu du bitume rutilant comme un gaz

    Semble fondre de froid, dévoilant ses pavés

    Le long des pauvres murs épais comme une gaze

    Que le vent traverse, comme vous le savez.

     

    Qui viendra, cette nuit, avec les doigts gelés

    Ramasser ces rochers réchauffant plus encore

    Qu’un peu de fuel sitôt envolé que volé ?

    Qui osera pulvériser ce triste décor ?

     

    Dans la rue de l’hiver au gel si dur

    Aux fenêtre branlantes des rideaux bien tirés

    camouflent aussi l’espoir chuchotant rien ne dure :

    le bitume scintille des pavés déterrés.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :