• Le coyote ne bat pas en retraite (II)

    C'est aujourd'hui que le conseil des gardiens de la réserve adopte le projet de loi de réforme de la retraite qui sera ensuite présenté au parlement en assemblée plénière et adopté par ledit parlement fin octobre. Le chef des gardiens de la réserve l'a annoncé aux troupeaux et meutes et hardes et hordes dès hier soir : le calendrier sera respecté "selon le calendrier prévu" par le gardien chargé de l'affaire, un gardien qui aurait été "lavé des soupçons" de braconnages qui le gênaient dans sa mission, sans retard et sous la houlette de lui-même, le gardien chef de la réserve.

    Le gardien chargé de la réforme, "qui vient de subir trois semaines de calomnies, de mensonges avec une dignité qui fait honneur à toute la classe politique", c'est le gardien chef qui l'a dit, a donc été innocenté des soupçons de braconnage grâce à "un rapport extrêment fouillé" produit par une officine directement aux ordres de l'exécutif. Soit.

    Le gardien chef, presqu'en larmes, triste, a rappelé que ces "calomnies" n'étaient pas les priorités de la faune du territoire qui sont, selon lui, dans l'ordre : le chômage, les déficits, la lutte contre l'immigration irrégulière et la sécurité.

    En ces périodes de crise, "il faut faire l'économie de toute polémique" !

    Il est bien, le gardien chef de la réserve. Sans polémiquer, donc, il a aussi rappeler que les deux erreurs historiques de ces dernières décennies étaient, dans l'ordre, le passage de l'âge de la retraite de soixante-cinq à soixante ans et le passage aux trente-cinq heures. Bref, les deux principales avancées sociales des ces derniers quarante ans sont pour lui des erreurs historiques.  Pour ne pas polémiquer il a tout de même précisé que ces erreurs historiques, "c'est très bien socialement mais nous n'avons pas les moyens" !

    La retraite à soixante ans aurait été décidée contre toute logique démographique ! Les trente-cinq heures ont signé "la régression de la compétitivité de la France", rien de moins. Le coyote précise que la France est encore à ce jour le pays le plus compétitif du monde en terme de productivité. Un français produit, chaque jour 29 dollars devant un américain et loin, par exemple, devant un japonais, au contraire de ce que l'on peut raconter sur ces deux pays qui seraient soit disant des producteurs effrénés.
    En termes de productivité horaire du travail, la faune du territoire connaît une performance remarquable, puisqu'elle se situe au-dessus de l'ensemble des pays de l'OCDE, à l'exception de la Norvège. Elle a, par exemple, une productivité horaire très nettement supérieure à celle que connaissent le Royaume-Uni, l'Espagne, les Etats-Unis, le Japon et même l'Allemagne. Tout ceci a été annoncé par les médias il y a quelques semaines mais le gardien chef de la réserve ne doit pas avoir la télévision dans sa guérite.

    Le coyote pense, quant à lui, que l'erreur historique est datée d'un certain sept mai à l'année incertaine tant le monde a changé et tant la vie des coyotes et autres mamifères du territoire s'est vue dépréciée et dégradée depuis.

    Ce matin, les réactions des bovins de l'opposition sont plutôt ovines.

    Marre des troupeaux, vivent les meutes ! Dire qu'il faudra attendre que les SPA, Syndicats de Protection des Au boulot !, en septembre peut-être, ou dans deux ans, allons savoir, appellent à "une journée" de mobilisation pour voir les troupeaux défiler entre deux haies de flics.

    Grève générale !

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :