• Bientôt la guerre ?

    Dans les réserves voisines les chiens policiers, les chacals d'extrême-droite ou de droite dure et décomplexée ont aussi le vent en poupe, la misère des peuples que les gardiens leur donnent à surveiller est telle que ces derniers votent pour des gardiens fascisants ou carrément fascistes. Certains coins d'Allemagne, certaines villes des Pays-Bas, certains parlements voient venir sur leurs fauteuils s'assoir de sacrés salopards. Je ne dis rien sur l'Italie, ni sur la Grèce parce que de toutes façons, même s'il faudrait unifier la résistance, le coyote à fort à faire dans sa réserve.
    Dans la réserve du coyote les gardiens de la réserve sortent de leur réserve. Un porte-parole des gardiens se lâche carrément sur les liens entre délinquance et immigration mais surtout entre délinquance et étranger !
    Le coyote s'imagine étranger, ayant fuit sa belle réserve des Droits de l'Homme pour une autre où il y aurait de quoi manger, de quoi travailler, ou tout bêtement de quoi aimer, allons savoir. Le coyote, comme tous les coyotes entrant dans notre belle réserve si accueillante, ne sait pas que la vie dans sa réserve d'accueil n'est pas celle qu'on lui a fait miroiter à la télévision. A peine passé la frontière, les chek-points, les barbelés, en douce ou avec un visa de tourisme, le voilà surveillé, poursuivi, contrôlé, gardé-à-vue, expulser ! Le coyote, têtu, qui n'a pas compris que la misère est la même partout ou parce qu'il est amoureux et puis c'est tout creuse un tunnel, revient, retourne, clandestinement se faire à nouveau arrêter. Et que fait-il avant l'arrestation ? Il cherche du travail. Il en trouve, mais au noir. Bouh, ce n'est pas bien, tout le monde vous le dira de gauche à droite et à droite comme à gauche. Délinquant, le coyote. Bon, sans boulot parce que sans papier, le coyote vole une pomme. Bouh, ce n'est pas bien, dénonciation, arrestation, déportation. Et rebelote et peut-être, encore que là, les chiffres ne le disent pas, un jour le coyote fera une réelle et bien grosse bêtise et on stigmatisera tous les coyotes d'un coup.
    Tout ça, c'est l'imagination du coyote. Le coyote n'imagine pas, par exemple, après les déclarations du représentant des gardiens que les poulets (Loué soient-ils !) choisiront, au faciès, de contrôler tel ou tel canidé, tel ou tel bovin, tel ou tel ovin, non, le coyote n'imagine pas ça, ce n'est pas possible d'autant que les poulets (Loué soient-ils quand bien même ils seraient de Bresse) ont toujours démenti ce genre de comportement. Mais le coyote se souvient des résultats d'une enquête il y a quelques mois de ça qui disaient le contraire. Bon, à vérifier, tout ça.
    Comme dit encore le représentant des gardiens qui n'est pas méchant, à peine est-il le hargneux petit chien chien à son pépère, sans plus, tout un chacun sait que les étrangers sont dangereux : les noirs font la traite des blanches, les Roms volent les poules, les Arabes vendent de la drogue, les Belges sont cons, les Suisses aussi, les Chinois des exploiteurs d'ateliers clandestins qui mangent du chien, les Polonais des alcooliques, les Bretons aussi, etc.
    Il faut faire quelque chose ! Oui, chers coyotes de toutes origines éthniques, géographiques, armez-vous et flinguez vous entre vous, ça s'appellera une guerre civile, ou une guerre religieuse, ou une guerre éthnique ! Quelque soit le nom, ce sera la guerre et ce ne sera pas la faute des gardiens qui verront là de quoi relancer l'économie. Ou alors, chers animaux du monde, il y a la solution de la Révolution sociale, libertaire.
    Abolir l'Etat reviendra à ne plus avoir de gardiens installant des hiérarchies entre nous. Coyotes, moutons, hyènes, lycaons, oies, poules (mouillées ou non), boeufs, chats, unissez-vous ! Résistance !
    Contre la haine bête et méchante, contre la bestialité : solidarité !
    Au risque de lui faire plus de publicité qu'il n'en mérite, voici les propos (relatés par AFP) de la bestiole qui porte la parole des gardiens.
    Sécurite: "chacun sait" qu'il y a des liens entre délinquance et immigration, assure Lefebvre

    PARIS — Le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre a assuré jeudi que "chacun sait qu'il y a des liens" entre immigration et délinquance, voyant dans la "question des étrangers" un "problème majeur dans notre pays".

    "Il faut faire très attention parce qu'il y a une différence entre immigration, liens avec l'immigration, issus de l'immigration et étrangers", a déclaré M. Lefebvre sur Europe 1.

    "Mais vous avez raison de soulever la question des étrangers, c'est un problème majeur dans notre pays", a-t-il lancé à son intervieweur qui l'interrogeait sur la suppression en 2003 par Nicolas Sarkozy de la double peine touchant les étrangers.

    "La délinquance, chacun sait qu'il y a des liens avec l'immigration, chacun le sait. C'est souvent pas correct de le dire, mais c'est une réalité que chacun connaît", a poursuivi le porte-parole.

    "Il y a quelque chose comme 10% des détenus qui sont étrangers", a-t-il ajouté. "Quand on prend par exemple les mises en cause pour les vols à la tire, c'est 50% d'étrangers. Je ne parle pas de gens issus de l'immigration, je parle d'étrangers".

    Contacté par l'AFP, Frédéric Lefebvre a précisé tenir ces chiffres de l'Observatoire national de la Délinquance (OND), organisme chargé de la publication des statistiques officielles de la délinquance.

    Le dernier rapport de l'OND (2009), dans une fiche thématique, détaille le "nombre de Français et d'étrangers mis en cause en 2008". La part des étrangers s'élève à 11,9% du total, dont 13,3% dans les vols sans violence. A l'intérieur de cette dernière catégorie, la part des étrangers est de 47,6% pour les vols à la tire.

    Interrogé par l'AFP, le criminologue Alain Bauer qui a dirigé le rapport de l'OND, fait remarquer que "plus les faits sont graves, moins les étrangers sont impliqués". Il relève que le pourcentage des étrangers détenus est plus important que dans l'ensemble de la population en raison des incriminations pour séjour irrégulier.

    Frédéric Lefebvre a ajouté sur Europe 1 : "La double peine a été supprimée et tant mieux". Mais, il faut, selon lui, "réfléchir à d'autres solutions". Il a promis de faire "des propositions à la rentrée".

    Selon le porte-parole de l'UMP, les "socialistes n'ont pas tiré de leçon de 2002", lorsque le Front national est arrivé au second tour de la présidentielle. "Ils n'ont rien appris, rien compris", a-t-il martelé, accusant le Parti socialiste de faire "comme si les questions de sécurité n'existaient pas".

    "Nous, au contraire, on tire les conséquences du message qui nous a été envoyé par les Français" aux régionales de mars, a-t-il poursuivi, évoquant le "signal très fort" de l'abstention. "J'étais sur le terrain, en Seine-Saint-Denis. Les Français nous disaient : +Mais allez beaucoup plus fort sur la sécurité, occupez-vous des Roms+", a-t-il ajouté.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :