•  

     

     

     


    Salut à toi ô mon frère
    Salut à toi peuple khmer
    Salut à toi l'Algérien
    Salut à toi le Tunisien
    Salut à toi Bangladesh
    Salut à toi peuple grec
    Salut à toi petit Indien
    Salut à toi punk iranien

    Salut à toi rebelle afghan
    Salut à toi le dissident
    Salut à toi le Chilien
    Salut à toi le p'tit Malien
    Salut à toi le Mohican
    Salut à toi peuple gitan
    Salut à toi l'Ethiopien
    Salut à toi le tchadien

    Salut à vous les Partisans
    Salut à toi "cholie all'mante"
    Salut à toi le Vietnamien
    Salut à toi le Cambodgien
    Salut à toi le Japonais
    Salut à toi l'Thaïlandais
    Salut à toi le Laotien
    Salut à toi le Coréen

    Salut à toi le Polonais
    Salut à toi l'Irlandais
    Salut à toi l'Européen
    Salut à toi le Mongolien
    Salut à toi le Hollandais
    Salut à toi le Portugais
    Salut à toi le Mexicain
    Salut à toi le marocain

    Salut à toi le Libanais
    Salut à toi l'Pakinstanais
    Salut à toi le Philippin
    Salut à toi l'Jamaïcan
    Salut à toi le Guyanais
    Salut à toi le Togolais
    Salut à toi le Guinéen
    Salut à toi le Guadeloupéen

    Salut à toi le Congolais
    Salut à toi le Sénégalais
    Salut à toi l'Afro-cubain
    Salut à toi l'Porto-ricain
    Salut à toi la Haute Volta
    Salut à toi le Nigéria
    Salut à toi le Gaboni
    Salut à toi le vieux chtimi

    Salut à toi Che Guevara
    Salut aux comités d'soldats
    Salut à tous les hommes libres
    Salut à tous les apatrides
    Salut à toi la Bertaga
    Salut aussi à la Banda
    Salut à toi punk anarchiste
    Salut à toi skin communiste

    Salut à toi le Libéria
    Salut à toi le Sri Lanka
    Salut à toi le sandiniste
    Salut à toi l'unijambiste
    Salut l'mouv'ment des Jeunes Arabes
    Salut à toi Guatemala
    Salut l'P4 du contingent
    Salut à toi le Shotokan

    Salut à toi peuple Kanak
    Salut à toi l'tchécoslovaque
    Salut à tous les p'tits dragons
    Salut à toi qui est keupon
    Salut à toi jeune Malgache
    Salut à toi le peuple basque
    Salut à toi qu'est au violon
    Salut à toi et mort aux cons

    Salut à toi le Yougoslave
    Salut à toi le voyou slave
    Salut à toi le Salvador
    Salut à toi le Molodoï
    Salut à toi le Chinois
    Salut à toi le Zaïrois
    Salut à toi l'Espagnol
    Salut à toi le Ravachol

    Salut à toi le Hongrois
    Salut à toi l'iroquois
    Salut aussi à tous les gosses
    Des îles Maudites jusqu'à l'Ecosse
    Salut à vous tous les zazous
    Salut à la jeune garde rouge
    Salut à toi le peuple corse
    Salut aux filles du Crazy Horse

    Salut à toi la vache qui rit
    Salut à Laurel et Hardy
    Salut à toi peuple nomade
    Salut à tous les "camawades"
    Salut à toutes les mères qui gueulent
    Salut aussi à Yul Brunner
    Salut à toi l'handicapé
    Salut Jeunesse du monde entier

    Salut à toi le dromadaire
    Salut à toi Tonton Albert
    Salut à toi qu'est à la masse
    Salut aussi à Fantomas
    Salut à toi Roger des près
    Salut à toi l'endimanché
    Salut à tous les paysans
    Salut aussi à Rantanplan

     


    votre commentaire
  • L'appel du jugement qui oppose BAK 93 à la Police Nationale se déroulera le 18 Novembre prochain à 13h30,  7eme Chambre, devant la cour d'appel de Paris.
    Apres tants d'années de procédures coûteuses et alors que la justice l'a déjà relaxé BAK 93 a besoin de soutien alors, si vous ne faîtes rien de particulier le 18 novembre n'hésitez pas à aller le soutenir sur place.
    Pour la liberté d'expression, la liberté artistique, rendez-vous devant la 7e chambre de la cour d'appel de Paris, le 18 novembre.
    Les mineurs grévistes, sous Thatcher avaient les mots pour parler de la police, c'est même resté dans l'histoire : ACAB (All cops are bastards), le coyote ne fait que citer, ne le citez pas à comparaître messieurs de la maréchaussée.
    Les anesthésistes ne s'endorment pas
    LE CRÉATEUR DE BAK 93 RELAXÉ
    Installé à Angoulême, le créateur de la marque BAK 93 est dans le viseur des syndicats , il était jugé hier pour «outrage» par le tribunal de Bobigny. Il est relaxé.
    17.09.2010

    Stéphane da Silva, le créateur de la marque de vêtements «street wear» BAK 93, a été relaxé par le tribunal de Bobigny jeudi après-midi. Il était poursuivi pour «outrage à une personne dépositaire de l'autorité publique» et «provocation non suivie d'effet au crime ou délit». L'objet du délit ? BAK 93 est le sigle de «Brigade Anti-Keufs».

     

    En juin dernier, le procureur de la République avait pourtant requis trois mois de prison avec sursis et une amende contre ce commercial de 36 ans, originaire de la Courneuve et installé à Angoulême. En face, son avocat avait défendu la liberté d'expression et exigé la relaxe.

    Le tribunal de Bobigny a privilégié la liberté d’expression défendue par l’avocat de l’entrepreneur, au détriment de l’incitation à la haine dénoncée par les policiers. "Ce jugement est une magnifique réponse au procureur, qui avait considéré que critiquer la police était punissable", s'est félicité son avocat, Dominique Tricaud. Un jugement qui, au contraire, insupporte le syndicat Alliance.

     

     

    Il est poursuivi par les syndicats de police, irrités par ses tee-shirts Brigade Anti-Keuf.

    Poursuivi pour “outrage à une personne dépositaire de l'autorité publique“ et “provocation non suivie d'effet au crime ou délit“, Stéphane da Silva a été relaxé “pour prescription“ jeudi après-midi par le tribunal de Bobigny. Mais le marathon judiciaire de ce créateur d’une marque de vêtements urbains, ciblé par plusieurs syndicats de police depuis 2002, n'est pas fini : le parquet a fait appel vendredi.

    Ce commercial originaire de La Courneuve et résidant à Angoulême a en effet fondé la marque BAK 93, à l’origine conçue comme l’acronyme de Brigade Anti-Keuf. Un détournement du label BAC, pour brigade anti criminalité, qui a poussé plusieurs syndicats de police à le poursuivre en justice.

    Une incitation à la haine anti-flic

    Les syndicats de police avaient déposé plusieurs plaintes pour “appel au meurtre et à la violence“ en 2004, 2005, 2006 et 2009. “Le message est clair, c'est un appel à la violence contre les forces de l'ordre“, s’emporte Xavier Beugnet, du syndicat de SGP-FO, dans Libération .

    Pourtant, Stéphane da Silva n’a rien d’un émeutier ou d’un casseur de flic. Hormis une condamnation pour “travail dissimulé“, son casier judiciaire est vierge, comme le rappelle La Charente Libre . C’est donc plus pour surfer sur la vague de la mode banlieusarde que ce jeune entrepreneur a décidé de cibler les forces de l’ordre.

    Des slogans adoucis

    Ce dernier a d’ailleurs depuis rectifié le tir, délaissant le “Brigade Anti-Keuf“ pour des vêtements estampillés désormais “brigade anti-korrompus“, “anti-kok“, “anti-kons“, “anti-keufs korrompus“ ou encore “anti-Kärcher“.

    “J'ai compris que mon message, qui ne visait que les policiers qui ne respectent pas leur code de déontologie, était maladroit. J'avais 10 ans de moins, je baignais dans l'ambiance cité“, se défend Stéphane da Silva dans La Charente Libre.

    Une publicité gratuite pour la marque

    Le tribunal de Bobigny a privilégié la liberté d’expression défendue par l’avocat de l’entrepreneur, au détriment de l’incitation à la haine dénoncée par les policiers. "Ce jugement est une magnifique réponse au procureur, qui avait considéré que critiquer la police était punissable", s'est félicité son avocat, Dominique Tricaud. Un jugement qui, au contraire, insupporte le syndicat Alliance.

    “Peu importe la formulation ou le support sur lequel il est placé, s'attaquer verbalement aux policiers fait parler de la marque“, regrette le syndicat dans Le Figaro . Seule certitude, à l’image des récentes polémiques sur les rappeurs Morsay ou Abdul X, l’ire des syndicats de police offre une publicité gratuite au versant “hardcore“ des banlieues.

    Une raison de plus pour Stéphane Da Silva de réclamer la restitution de son stock de 1.000 à 2.000 vêtements, sous scellés depuis 4 ans. Ce dernier devra néanmoins attendre, puisque le parquet de Bobigny "considère pour sa part que l'outrage est constitué" et a donc annoncé vendredi qu'il faisait appel de la relaxe.


    1 commentaire
  • Occupation, destruction, séquestration, luttons armés de toute notre rage !

     

    MARRE, MARRE, MARRE à bout de ficelle pour les pendre !

     

    Tout ce qui humilie au quotidien en terme de question matérielle, toutes les  voies sans issues que promet cette société, ce système que chacun accepte ou subit ou fait mine d'accepter sans le subir (beau jeu d'acrobatie) doit prendre des coups ! Valser ! NOUS ne sommes pas des danseurs quand nous voudrions bien danser ! Mais nous allons vous faire danser ! Tout ça finira mal si VOUS VOUS obstinez. Le coyote commence à sérieusement baver !

    T'as pas reçu ta carte postale de grèce, gardien chef de la réserve ? C'est vrai que là-bas t'as peu d'amis ! Ici, crois-tu en avoir ?  Mets des gants, comme les rats, à travers les barreaux les coyotes mordent ! Et, en outre (je n'ai pas dit Loutre, ignare, j'ai dit en outre, formule idiomatique qu'on retrouve dans, par exemple, La princesse de Clève, non je rigole ignare, mais je n'ai pas souffert de lire ce livre qui m'était imposé par ton ETAT. Et tas de m... Je mégare, il est tard, je t'emm..ènerais bien lire...

     

    Le coyote a déjà donné des cours de français à des jeunes avec papier et des fois sans (et je te le dis, à toi Le Minuscule qui ne doit ses papiers qu'à l'amour), ils lisent et aiment la littérature de chez nous mais ils ne t'aiment pas ! Tu veux bander pendant que la star fait chambre à part ?

    Aies une pensée pour le coyote, il les a ses ausweise ! Et il t'emmerde, et il a le droit de le dire, l'écrire, le chanter, c'est écrit. Parce que c'est de l'humour !

     

    Oui, oui ! Mais : Vive la Grèce !

     

    Paraîtrait que c'est le berceau  de la démocratie !

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Juillet 1936

    Juillet 1936 dans les casernes catalanes
    La mort bute sur les milices et le peuple compte ses armes
    Dans les villages et les hameaux les paysans groupent les terres
    En un seul et riche morceau et passe le vent libertaire

    Je pense à vous vieux compagnons dont la jeunesse est à la douane
    et pardonner si ma chanson vous refait mal à votre Espagne
    Mais j'ai besoin de vous apprendre j'ai envie de vous ressembler
    Je gueulerai pour qu'on entende ce que vous m'avez enseigné

    Donne-moi ta main camarade
    Prête-moi ton coeur compagnons
    Nous referons les barricades
    Comme hier la confédération

    A quelques heures de Barcelone se sont groupés des menuisiers
    Et sans patron tout refonctionne on sourit dans les ateliers
    Sur la place de la mairie qu'on a changé en maternelle
    Des femmes ont pris la blanchisserie et sortent le linge au soleil

    Donne-moi ta main camarade
    Prête-moi ton coeur compagnons
    Nous referons les barricades
    Et la vie, nous la gagnerons

    Tandis que quelques militaires font leur métier de matadors
    Des ouvriers, des ouvrières détruisent une prison d'abord
    Là-bas, c'est la mort qui s'avance tandis qu'ici: Ah madame c'est l'anarchie
    La liberté dans l'espérance il ont osé la vivre aussi

    Dame tu mano companero
    I presta me tu corazon
    Barricadas leventaremos
    Como ahier la confederacion

    Serge Utge-Royo

     


    votre commentaire
  • Le coyote vous parlait hier d'Alain Bertho. Il se trouve que, justement, cette semaine, il s'est entretenu avec Alternative Libertaire. L'entretien est court mais très intéressant. Le coyote vous encourage toujours à lire Le temps des émeutes dont vous trouverez les références sur le numéro d'Alternative Libertaire de cette semaine.

    Les anesthésistes ne s'endorment pas

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique