• Déjà la rue se vide derrière la vitre.

    Moi, je voudrais bien

    ouvrir des portes.

     

    Etat végétatif persistant

    sensible à toute

    affection douloureuse.

     

    Ruez, ruez, ruez

    et dites la vérité !

    Peut plus mentir

    le monde rondement

    malmené.

     

    L'attente de

    l'explosion.

     

    Encore vide la vitre sur la rue.

    Moi, je voudrais bien

    ouvrir des portes.

     

    C.L.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :